fbk lkn
Édito Actualité Économie Diplomatie Entreprenariat Tribune Dossier Interview
Interview QUAND LA PANDÉMIE DEVIENT UNE ALLIÉE...

Laïka Mba a fondé la filiale gabonaise de ST Digital en octobre 2020. Ce groupe est implanté dans cinq pays d’Afrique : Congo-Brazzaville, Togo (Lomé), Côte d’Ivoire (Abidjan) Cameroun (Douala) et Gabon (Libreville). Il compte une cinquantaine de collaborateurs et de nombreuses références en font l’un des leaders du marché sur la thématique de la transformation digitale en Afrique de l’Ouest et du Centre. Une success-story gabonaise remarquable, créée et dirigée par Laïka Mba. Bien entendu, nous lui avons réservé quelques colonnes.

Portrait et parcours Laïka Mba

Laïka Mba est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en informatique obtenu à l’ESIEA (École supérieure d’informatique électronique automatique) et de deux masters de la GEM (Grenoble école de management), dans les domaines de la « business intelligence » et du management des systèmes d’information. Elle vient de compléter ce cursus en 2020 par un Executive MBA en innovation, marketing et gestion des entreprises de la prestigieuse Sorbonne Business School. Elle est aussi enseignante à BBS (BGFI Business School), niveau Master I, coordinatrice Gabon du concours Enginius qui permet aux étudiants gabonais d’intégrer de grandes écoles françaises, et membre actif du Club des experts de la sécurité informatique en Afrique (CESIA). Forte d’une expérience professionnelle de 12 ans dans la gestion de projets informatiques de grande envergure, Laïka Mba a commencé sa carrière en tant que Business Analyst à KPMG (réseau anglo-néerlandais de cabinets d’audit et de conseil exerçant dans 150 pays). Puis, durant 4 années, elle a exercé entre la France et la Belgique au sein du groupe Quick en qualité de chef de projet décisionnel. C’est en 2014 qu’elle décide de rentrer au Gabon, pour participer au projet de digitalisation de l’administration gabonaise pour le compte de l’Aninf (Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences). Elle est directement nommée responsable du projet de digitalisation des services publics et de l’innovation (eGabon). Elle a également occupé les fonctions de directeur des systèmes d’information à l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) et au Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS).

Échos de l’Éco : Madame Laïka Mba, depuis votre retour en terre natale, vous contribuez directement au développement de l’économie numérique. Votre ambition non dissimulée est d’accompagner les entreprises et les institutions nationales dans leur transformation digitale. Sur le plan national, quelles sont les avancées notables dans ce domaine et quels sont les projets de développement ?

Le Gabon a très bien avancé sur ces sujets en investissant massivement dans la connectivité de chaque ville. Nous sommes 4es en Afrique en termes de connectivité, 1ers sur les sujets d’e-commerce, et avons mis en place des politiques de gouvernance favorables à l’éclosion d’un écosystème numérique. La présence de la Sing et de la SPIN, la création du Centre national de protection de la donnée, la mise en place d’un ministère de l’Économie numérique sont des signaux forts quant à la volonté du pays d'encourager l’économie numérique. Plus récemment, le PAT (Plan d’accélération de la transformation) fait la part belle au digital avec trois grands axes stratégiques orientés sur le développement d’infrastructures numériques.

Comment, en si peu de temps, avez-vous implanté ST Digital dans quatre autres pays ?

ST Digital porte l’ambition de devenir un groupe panafricain leader dans la transformation digitale. À l’instar de références telles que KPMG, Capgemini, Accenture, nous pensons qu’il est essentiel aujourd’hui de construire une entreprise de services numériques dignes des standards internationaux au service du continent africain. C’est dans ce sens que nous avons intégré dans notre stratégie de développement une implantation en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, notamment au Cameroun, Bénin, Togo, Côte d’Ivoire et Congo. Tous ces pays ont été ouverts il y a moins de trois ans, le Gabon étant la plus jeune des filiales. Notre force est de savoir identifier des talents et de bâtir notre développement sur des ressources humaines qualifiées et prêtes à relever des défis de plus en plus importants.

La période pandémique a-t-elle, selon vous, été profitable au développement du numérique ?

Nous nous plaisons à dire que la covid a été un véritable accélérateur dans notre activité, car elle a permis à chaque entreprise de penser à la mise en place de solutions numériques pouvant pallier les nouvelles mesures qui se sont imposées à nous. Nous avons dû accompagner en très peu de temps les entreprises sur des sujets tels que le télétravail, les accès distants, la cybersécurité ou la signature électronique.

Menez-vous la même politique de développement dans les cinq pays ?

Chaque pays est différent. Aussi adaptons-nous notre stratégie et notre approche selon les spécificités du marché.

Lequel d’entre eux est le plus digitalisé et comment l’expliquez-vous ?

Il est difficile de répondre à cette question de manière exhaustive, car un pays peut être en avance sur un sujet et avoir du retard sur un autre. Nous constatons par exemple que le Gabon bénéficie d’un taux de pénétration d’internet très favorable qui a permis notamment l’accélération de plusieurs startups dans le secteur du e-commerce, en faisant la référence numéro 1 en Afrique. À contrario, nous avons plus de retard sur des sujets liés à la signature électronique par exemple. Ce que je peux dire de manière certaine, c’est qu’il y a une réelle prise de conscience sur ces sujets et que la plupart des entreprises pensent digitalisation et les intègrent dans leurs budgets annuels.

Menez-vous des actions communes en faveur de ces cinq pays ?

Nous avons en effet des projets communs que nous portons dans chacune de nos filiales. ST Digital est aujourd’hui le seul opérateur indépendant en Afrique centrale à avoir un Datacenter Tiers 3 aux standards internationaux. Cet investissement a été réalisé pour permettre à tous nos clients d’optimiser tous les coûts relatifs aux investissements en infrastructures et en logiciels applicatifs. Cela permet ainsi de proposer une offre cloud pour les PME, grandes entreprises et administrations au Gabon et dans tous les pays africains dans lesquels nous sommes représentés.

Vos principaux clients travaillent-ils dans le secteur privé ou public ?

Nous sommes très présents dans le secteur privé, notamment dans les banques, la finance, les industries, les assurances et la santé. Ce domaine représente 70 % de notre chiffre d’affaires. Notre offre de service est également orientée vers les administrations et nous gardons bon espoir de pouvoir les accompagner sur tous leurs sujets de transformation digitale. Nous accompagnons également de nombreuses PME avec des offres de services adaptées à leurs besoins.

 

le 11 octobre 2021

Anne-Marie Jobin

St Digital, Numérique


Plus d’articles dans Interview PRIX IMPORT AU CARREFOUR DES CHEMINS

Interview par Anne-Marie Jobin

Interview de monsieur Bernard Azzi, Président-directeur Général de Prix Import

8 novembre 2021


LA MICRO SILICON VALLEY DU GABON

Interview par Anne-Marie Jobin

Interview de monsieur Yannick Ebibie, directeur général de la SING société d’incubation numérique du Gabon

11 octobre 2021


LES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES SONT-ELLES EN BONNE VOIE ?

Interview par Anne-Marie Jobin

Interview de Monsieur Léon Armel Bounda Balonzi, Ministre des Travaux Publics, de l’ Équipement et des Infrastructures

15 septembre 2021

© 2021. Les Échos de l'Éco. Tous droits réservés
Mentions légales