fbk lkn
Édito Actualité Économie Diplomatie Entreprenariat Tribune Dossier Interview
Édito Vous reprendrez bien un peu de digital ?

À l’heure où le Gabon entre dans le TOP TEN des pays les plus digitalisés du continent, les Échos de l’Éco se penchent sur celles et ceux qui génèrent des emplois et de l’économie grâce au réseau de la fibre optique performant installé dans le pays. Ces acteurs doivent la prospérité de leurs entreprises à l’intégration du digital, à une génération élevée avec les écrans. Qu’il s’agisse des processus métiers, du management ou de la fonction RH, les programmes de transformation digitale s’enchaînent à un rythme effréné. La pandémie de covid-19, encore elle, n’y est pas étrangère, elle n’a fait qu’accélérer davantage de process déjà très avancés. Des grandes entreprises aux cabinets-conseils en passant par les vendeurs de solutions, le corps professoral et bien d’autres, tous passent le même message : DIGITALISEZ ! Malheur à l’entreprise qui ne progresse pas dans ce domaine. La ringardise la guette à court terme, accompagnée d’un décroissement des activités, donc de son chiffre d’affaires. S’il est hors de question pour moi de regretter le temps d’avant, je souhaite évoquer plusieurs points qui me font réfléchir. Officiellement, les programmes de transformation numérique n’ont que des avantages. En pratique, les logiques de « self-service » posent la question de la déshumanisation de la relation client et de la relation collaborateur. Trop souvent, l’impératif de « digitalisation des esprits » interdit tout débat contradictoire. Elle est devenue, à l’image du progrès, un objectif en soi. S’agit-il d’un bien pour un mal ou l’inverse ? Avons-nous le choix ? Nous dédions cette édition au tout numérique et laissons une large place à ces incubateurs chargés de formater, de reconditionner nos procédés, nos méthodes, nos techniques organisationnelles et mêmes nos têtes pensantes. Ce virage est plus radical, plus serré qu’initialement prévu au Gabon. Cependant, il est plutôt bien négocié, et ce grâce à l’anticipation de la mise en place d’infrastructures nécessaires à l’accélération de la transformation digitale qui donne accès au développement et à l’information de la technologie. Cette édition des Échos de l’Éco pourra être qualifiée de différente, mais sa ligne éditoriale reste neutre et objective. Cette politique d’ouverture permet d’ouvrir une nouvelle rubrique, la vôtre. Chaque mois, en page 14, vous pourrez lire « La tribune de… ». Angèle ouvre le bal dans ce numéro. N’hésitez pas à participer, à vous exprimer. C’est aussi cela la réussite collaborative, elle passe par les échanges, la contribution. C’est une forme de coopération et d’apport au développement, notamment de votre mensuel : Les Échos de l’Éco.

le 5 octobre 2021

Anne-Marie Jobin


Plus d’articles dans Édito LEVER DE RIDEAU SUR 2022

Édito par Anne-Marie Jobin

7 janvier 2022


FAIRE DE L’ESPOIR UNE RÉALITÉ

Édito par Anne-Marie Jobin

13 décembre 2021


Au Gabon, le changement n’est pas seulement climatique !

Édito par Anne-Marie Jobin

7 novembre 2021

© 2022. Les Échos de l'Éco. Tous droits réservés
Mentions légales