fbk lkn
Édito Actualité Économie Diplomatie Entreprenariat Tribune Dossier Interview
Économie DEPUIS QUAND, COMMENT ET POURQUOI LES ASSURANCES FONT-ELLES PARTIE INTÉGRANTE DE NOTRE BUDGET ?

Une assurance est un service destiné à couvrir un risque. Ce système consiste en l’échange d’une cotisation contre une prestation d’assurance prédéfinie en cas de sinistre. Cette prestation est financière. Elle protège des aléas susceptibles d’avoir un impact sur la vie d’un individu, d’une entreprise, d’une ville.

Au Gabon, au cours de l’année2020, le secteur des assurances a enregistré de bonnes performances en dépit de la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19. Selon les données de la Fegasa, le chiffre d’affaires du secteur a progressé de 2,6 % pour se situer à 104,1 mds de FCFA au 31 décembre 2020, contre 101,1 mds de F CFA en 2019. Le marché est dominé par la branche IARD qui détient plus de 78 % des parts de marché contre 21 % pour la branche vie. Théophile Mboro Assogho, directeur général d’Axa Gabon, a accordé un entretien à notre journal « Les Échos de l’Éco », dans lequel il fait le bilan de la société depuis sa nomination en juin 2018 et présente les perspectives pour l’avenir.

ÉCHOS de l’ÉCO : Monsieur Théophile Mboro Assogho, vous êtes à la tête d’Axa Gabon depuis juin 2018. Merci de nous dresser un bilan et de nous indiquer votre feuille de route.

Il y a 3 ans, dans un contexte économique difficile pour notre pays, le conseil d’administration m’a donné mandat pour repositionner la filiale Axa au Gabon, pour restaurer la confiance vis-à-vis des parties prenantes, et enfin, pour retrouver et pérenniser une croissance rentable. Nous avons traversé en 2020 une crise inédite tant par sa forme que par son ampleur et ses conséquences. L’impact sanitaire, humain, économique de la pandémie de coronavirus, dont nous subissons encore aujourd’hui les effets, marquera longtemps notre marché et le monde dans lequel nous vivons. Pendant cette crise, Axa Gabon a d’abord protégé ses collaborateurs puis s’est assuré très vite de la continuité des services que nous devons à nos clients, notamment grâce à une forte digitalisation du groupe Axa. À l’heure du bilan de cette période exceptionnelle, je retiendrai trois choses. La première, c’est évidemment la résilience opérationnelle dont nous avons fait preuve, avec en particulier la mobilisation sans faille des équipes d’Axa Gabon pour servir nos clients et donc tenir nos engagements vis-à-vis des parties prenantes. La deuxième, c’est l’accélération de la transformation digitale de la société favorisant ainsi le télétravail et des solutions adaptées aux besoins des clients dans les branches phares de notre marché d’assurance telles que l’automobile et la maladie. La dernière, enfin, c’est la solidité que nous avons démontrée pendant cette période. Bien sûr, nous sommes impactés par la récession économique, mais nous faisons preuve de résilience financière, avec notamment un gain des parts de marché (hausse de 2 points) depuis 2018 et une croissance annuelle moyenne de 7 % ; un ratio de solvabilité de 605 % ; et enfin, un taux de couverture des engagements réglementés supérieur à 115 %.

En trois ans, avec le plan « Ambition 2020 », nous avons rebâti un acteur solide du marché gabonais. Maintenant, avec « Driving progress 2023 », nous allons capitaliser sur nos atouts et devenir plus forts dans nos domaines d’excellence. Les tendances post-covid qui se dessinent confirment pleinement nos décisions stratégiques. Axa est leader mondial de l’assurance dommages des entreprises grâce à la création d’Axa XL en 2018, et également leader de l’assurance santé. Nous avons fait le choix de la santé et de la prévoyance en tête de nos priorités de développement. L’assurance automobile et les risques d’entreprise constituent les autres priorités. Forts de cette vision, nous avançons avec une feuille de route fondée sur cinq actions stratégiques : développer la santé et la prévoyance, simplifier l’expérience client et accélérer nos efforts de productivité, renforcer les performances de souscription, maintenir notre leadership et enfin, développer le capital humain au sein de la société. Dès votre arrivée, vous avez cosigné une convention intercompagnies relative aux accidents de la circulation. Quels sont les avantages pour votre compagnie et pour vos sociétaires ? Le « constat amiable » de déclaration des accidents automobiles matériels est opérationnel depuis avril 2019 grâce à la signature d’une convention intercompagnies au siège de la Fédération gabonaise des sociétés d’assurance (Fegasa) entre l’ensemble des membres du bureau, en présence du directeur national des assurances (DNA), Monsieur Olivier Mebiame Assame. Il s’agit d’un outil qui répond directement aux attentes des clients, car il permet aux victimes d’un accident matériel d’être indemnisées plus rapidement. En ma qualité de vice-président de la Fegasa chargé de l’assurance non-vie, je rappelle que ce document est obligatoire depuis le 01/10/2019 et qu’il constitue l’unique fait déclencheur pour instruire le sinistre pour l’assureur. Ensuite, pour aller encore plus loin dans l’amélioration de la cadence de règlement des sinistres de nos assurés, nous avons signé une convention d’indemnisation directe des assurés (IDA) avec la société Assinco. C’est un outil qui permettra aux assurés communs des deux entités, Axa et Assinco, d’être indemnisés dans un délai maximum de 30 jours en cas d’accident de la route avec dommage matériel, grâce au constat amiable.

 Sur quelle stratégie vous appuyez-vous pour conquérir de nouveaux souscripteurs ?

 Avec la révolution numérique, les confinements liés à la covid-19 et la fermeture des commerces, les habitudes des clients ont évolué. Ils en attendent davantage, ils veulent que nous soyons à leurs côtés pour les aider à régler leurs sinistres et apporter des solutions face aux problèmes qu’ils rencontrent. Ils demandent une relation plus directe et plus fréquente avec leur assureur. Cela nous a conduits à revoir notre modèle, passant de régleur de sinistre à celui de partenaire de nos clients. C’est un vrai défi pour notre industrie. Ainsi, pour répondre aux attentes de nos clients, Axa Gabon fait le choix de l’innovation en apportant de nouveaux services à ses clients en plus de leur couverture d’assurance, notamment grâce à la digitalisation et au développement d’outils et de services adaptés. À titre d’exemple, la télémédecine/téléconsultation dont bénéficieront très bientôt nos assurés en maladie. Dans ce contexte de crise, nous avons également adapté notre offre automobile afin de permettre au plus grand nombre de personnes, toutes bourses confondues, de s’assurer.

Selon les pays subsahariens, nous observons des différences de tarifs très significatives pour des assurances identiques. Quelle en est la raison ?

 La tarification en assurance dépend du type de risque à couvrir et repose sur plusieurs critères. Par exemple, la tarification du risque automobile repose sur la zone géographique de circulation, les caractéristiques et usages du véhicule, le statut socioprofessionnel et enfin les caractéristiques du conducteur habituel. Dans un même pays, la différence de tarif peut également résulter de la politique commerciale de chaque société. Au Gabon, il existe un tarif de l’assurance responsabilité civile automobile obligatoire minimum Fegasa validé par les autorités de tutelle qui est respecté par les compagnies d’assurance. Le risque de sous-tarification existe, mais il met en danger la société qui la pratique, car elle se retrouve ensuite dans l’incapacité de faire face à ses engagements, en particulier le paiement des sinistres dans les délais requis.

Axa couvre les risques auto, loisirs, santé, habitation et prévoyance. Quelle est l’assurance la plus prisée des Gabonais ? Selon vous, pourquoi ?

 Selon la Direction nationale des assurances (DNA), on distingue trois types d’assurances obligatoires au Gabon : l’assurance responsabilité civile automobile, la responsabilité civile des architectes et l’assurance des risques de la construction des chantiers publics. Du fait de son caractère obligatoire et de la nécessité de se conformer à la législation, l’assurance la plus prisée est l’assurance responsabilité civile automobile. Axa Gabon couvre l’ensemble des risques non-vie, pour les particuliers et les professionnels. La Fegasa et la FGCA travaillent en étroite collaboration pour promouvoir notre secteur et offrir des solutions de protection financière du patrimoine au plus grand nombre de personnes.

Les titulaires de comptes « mobile Banking » sont devenus plus nombreux. Cette facilité de paiement a-t-elle favorisé l’accessibilité à un contrat d’assurance ?

 Bien qu’en progrès depuis quelques années, le taux de bancarisation est encore faible au Gabon. Par ailleurs, les opérateurs télécoms s’imposent comme leaders dans les systèmes de paiement et des portefeuilles électroniques. Le taux de pénétration des smartphones au Gabon est de 145 %. Le mobile banking est donc un outil innovant qui nous permet d’aller vers l’inclusion financière. Cela permettra aux personnes non bancarisées de faire des transactions financières telles que le paiement de leur(s) prime(s) d’assurance. Et ce, peu importe l’endroit où elles se trouvent en République gabonaise. Cette révolution numérique traduit le changement des comportements et des attentes de nos clients et partenaires. Grâce à notre transformation digitale, Axa Gabon offre la possibilité de payer ses primes d’assurances via mobile money (Airtel Money). Sur notre site internet, nous offrons la possibilité de souscrire une assurance automobile en ligne en moins de 15 minutes.

Quel est le nombre de collaborateurs employés par Axa ? Quelle est la part de la gent féminine ?

Le groupe Axa est présent au Gabon depuis plus de 40 ans. Son développement a été mené grâce à un engagement fort de ses collaborateurs. À ce jour, nous avons un effectif de 58 collaborateurs en CDI, dont 32 sont des femmes.

Quels sont vos investissements en termes de RSE ?

Axa Gabon est une entreprise citoyenne qui joue pleinement son rôle au sein de la communauté sociale. Nous œuvrons dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’environnement depuis plusieurs années à travers plusieurs actions telles que : une action de don de sang en partenariat avec le CNTS ; la mise en œuvre d’une campagne de sensibilisation dénommée La caravane AXA «Amis de la nature», en partenariat avec WCS Gabon, Amis du Pangolin, Conscience Baleine, avec pour objectif de sensibiliser nos jeunes enfants quant à l’importance de la protection de la nature pour affronter les enjeux du changement climatique; la sensibilisation des lycéens de classe de 1re et de terminale à la prévention des risques financiers (établissement d’un budget, etc.) par le biais de notre programme «Insure Your Success», en partenariat avec Junior Achievement Gabon (JA Gabon) ; la réfection de trois appartements et deux studios à l’hôpital Albert Schweitzer ; le financement de plusieurs équipements destinés à la maternité de l’hôpital Albert Schweitzer (mobilier, plateaux techniques, 6 couveuses) ; une action d’assainissement de certains quartiers de la capitale et distribution de moustiquaires imprégnées aux populations, en partenariat avec la Croix Rouge gabonaise ; le financement et la mise en rénovation de la bibliothèque de l’EPC GB1, l’installation d’un poulailler, afin de permettre aux enfants de découvrir les joies de la nature, ainsi qu’une aire de jeux.

 La société Axa gère-t-elle en parallèle un centre aux fins de la formation initiale et continue ?

Composé d’hommes et de femmes, le capital humain d’Axa Gabon constitue le socle de notre société. Il est important pour nous de faire monter nos collaborateurs en compétences afin de leur permettre d’être compétitifs et de répondre aux défis de demain. Nous y accordons une attention particulière, notamment avec des formations en interne ou des consultants externes. Par ailleurs, en notre qualité d’entreprise citoyenne, nous avons signé un partenariat avec l’ONE afin de permettre aux jeunes diplômés gabonais d’effectuer des stages au sein de notre société.

le 26 octobre 2021

Anne-Marie Jobin

AXA Gabon, Assurance


Plus d’articles dans Économie 60 MILLIARDS DE F CFA : DE L’OXYGÈNE POUR LES PME

Économie par FSA (Fonds de solidarité africain)

Protocole d’interview adressé à monsieur Andrew Gwodog 3e vice-président de la Confédération Patronale Gabonaise

26 novembre 2021


POUR UNE VILLE PLUS PROPRE ET SAINE

Économie par Propos recueillis par : L'équipe du ECE

INTERVIEW DE MADAME ANÉMONE MENGOME DIRECTRICE GÉNÉRALE DE CLEAN AFRICA

3 août 2021


POURQUOI LA HOLDING CHEDID CAPITAL ACQUIERT-ELLE 80% D'ASCOMA ?

Économie par Propos recueillis par : L'équipe du ECE

INTERVIEW DE MONSIEUR ALAIN BOUZAID DIRECTEUR GÉNÉRAL ASCOMA INTERNATIONAL

15 juillet 2021

© 2021. Les Échos de l'Éco. Tous droits réservés
Mentions légales